ACCUEIL|CONTACT|ÉDITIONS PRÉCÉDENTES|MENTIONS LEGALES
الصالون الدولي للكتاب بالجزائر Le salon ProgrammeEsprit panaf Photos & vidéos Presse  
 
 

 
SILA

Débat sur l'Anthroponymie et la toponymie
Actu SILA 2016
" DEREGLEMENT DE LA TRANSMISSION DE L’IDENTITE "

Une conférence portant sur la question de l’anthroponymie a eu lieu, mercredi, à la salle Ali Maâchi, dans le cadre du 21ème Sila. Ouerdia Yermeche, universitaire, a rappelé que « la désignation suit toujours l’organisation du groupe ». « On se désignait par rapport au groupe d’appartenance (tribu, ethnie…) ou par rapport à la filiation. La population autochtone a subi des influences avec les occupations successives qu’a connues le pays, cela a d’emblée modifié sa physionomie anthroponymique. Cette physionomie s’est trouvé bouleversée avec la colonisation française », a expliqué Ouerdia Yermeche.

Débat sur l'Anthroponymie et la toponymie

Selon elle, chaque civilisation a laissé une trace. « Le nom de famille est une création coloniale. Le système patronymique n’existait pas avant l’occupation française. Il a été imposé à la société algérienne. Si l’administration coloniale a imposé le système anthroponymique à la société algérienne, c’est pour mieux la dominer et la contrôler », a-t-elle relevé. Ouerdia Yermeche a expliqué que l’administration coloniale a nié et rejeté la tradition onomastique originale et tout ce que cela implique comme référents culturels et profondeur historique. « Le nouveau système anthroponymique imposé par la France coloniale est artificiel et sans ancrage historique. Il a déréglé la transmission de l’identité, a rompu les liens familiaux. On assistait à une perte d’indications du groupe ou d’appartenance. Cela a causé un « génocide identitaire », a-t-elle analysé. De son côté, Houda Djebbes, de l’université de Constantine, a abordé la problématique de la transcription d’un nom de l’arabe au latin, lorsqu’il est inscrit à l’état civil. Elle a regretté que des fautes son commises lorsqu’on passe de caractères arabes aux caractères latins, ce qui cause des altérations, notamment au niveau de sa signification. « Le prénom a perdu de son identité. L’Algérien méconnaît son identité. L’état civil à Constantine a refusé des noms les jugeant étrangers à la culture algérienne, alors qu’ils sont authentiquement algériens, ayant une origine amazighe», a-t-elle souligné Elle a regretté qu’un nom lorsqu’il est transcrit en latin peut avoir plusieurs orthographes, et inversement en arabe, lorsqu’il passe de l’oral à l’écrit. Brahim Atoui, chercheur au CRASC, a abordé la question de la toponymie. A ce sujet, il a regretté que tout ce qui a été construit de l’indépendance à nos jours n’ait pas été nommé. «On n'a fait que rebaptiser les dénominations françaises, l’espace toponymique a été seulement algérianisé. La toponymie algérienne est amazighe et arabe, imbriqués sauf dans certaines régions », a-t-il relevé. Enfin, Lila Medjahed, maître de recherche, a abordé les noms propres dans le roman algérien. « Il y a un souci de rattacher les prénoms à une dimension historique, culturelle et religieuse. Il y a un souci de devoir de la mémoire. A travers les noms propres, c’est l’espace algérien qui est évoqué, c’est toute une culture et une histoire qui sont mises en place », a-t-elle souligné.

Yacine Idjer 
Haut de Page ^




Espace exposants exposants

Espace réservé aux exposants du salon
Public Public
Informations utiles pour le public et visiteurs du salon
Revue de presse Revue de presse

Nous vous proposons les articles de presse qui ont été publié à ce jour, sur le salon international du livre d'alger 2016
Facebook
Salon international du livre
le SILA est présent sur Facebook. Un espace d'échange et d'informations pour être au plus près du salon, pendant le sila, mais aussi toute l'année. Pour être les premiers informés de notre actualité,...

 
littérature africaine SILA 2016
Copyright © 2010 - 2016 SILA - Salon International du Livre d'Alger
Tous droits Réservés 
Conception, Réalisation & Référencement
bsa Développement